Quand une personne nous agace, énerve ou blesse

Personne n’est parfait, nous sommes d’accord. Mais au quotidien certaines personnes nous agacent, nous énervent ou nous blessent.

Vous voyez de qui je parle ?

– Cette personne qui parle trop fort.
– Cette personne qui vous rabaisse par un mot.
– Cette personne qui ne fait pas attention à vous ou aux autres.
– Cette personne qui pense à elle avant le reste du monde.
– Cette personne qui arrive toujours en retard et vous fait perdre du temps.
– Cette personne qui a toujours les mêmes problèmes et n’écoute personne.
– Cette personne qui fait ou ne fait pas ce qu’elle devrait.
– Cette personne qui a un défaut insupportable.
– Cette personne qui vous a fait mal

Le comportent de l’autre qui nous gêne ou nous blesse peut être volontaire ou inconscient.

Et plus on tient à l’autre, plus il a d’importance dans notre vie, alors plus cela nous affecte.

On aurait envie de gueuler un bon coup et lui sortir ses quatre vérités.

Alors comment faire pour qu’il comprenne ce qu’on ressent ?
Comment faire pour qu’il voit enfin ce qu’il ne fait pas bien ?
Comment faire pour qu’il change bordel ?

C’est simple…

 

Et si elle ne changeait jamais?

Un grand pas dans mes relations a été d’accepter les gens comme ils sont.
Accepter que l’autre est comme il est et pas autrement.

Arrêter de vouloir les changer.
Arrêter de penser qu’ils pourraient être différents.

Oui, et s’ils étaient destinés à NE JAMAIS CHANGER ?

Ils termineront peut-être leur vie avec le même comportement, le même défaut et la même vision du monde.

Il ou elle ne changera pas.

À partir de ce constat, plus besoin de gaspiller mon énergie pour que cela arrive. À partir de ce constat, je peux choisir comment MOI je vais réagir à ce qui me gêne. Quelle sera la meilleure position à adopter ? (peut être pour le reste de ma vie)

Et c’est tant mieux.

Parce que je ne peux avoir aucun contrôle sur l’autre.
Mais je peux apprendre à avoir du contrôle sur moi-même.

 

Heurté par une barque vide

J’ai découvert une belle histoire pour prendre du recul et pour être moins affecté par les actions des autres.

Les sentiments négatifs que j’éprouve à cause d’une autre personne existent. Les renier ou les enfouir serait contre-productif.

Mais ces sentiments sont d’autant plus forts si je prends personnellement les mots, les gestes ou les actes de l’autre.

Voici donc l’histoire…

Imaginez que vous êtes dans une barque.
Une barque qui avance paisiblement sur l’eau.

Imaginez le décor. Imaginez un paysage magnifique comme la baie d’Halong avec des rochers qui vous entourent. Ajoutons une petite brume pour l’ambiance.

Vous voyez au loin une autre barque. Une personne la conduit, mais elle ne devrait pas être de ce côté de la baie.

La barque se dirige droit sur vous. Le danger et imminent et une collision risquerait de vous faire chavirer.

Vous faites de grands gestes à la personne. Vous lui criez de s’écarter. Vous êtes en colère car elle ne fait pas. Finalement vous parvenez à vous déplacer et minimiser l’impact de la collision, qui abîme tout de même votre embarcation. Vous agitez vos bras en l’air, criez et insultez même le propriétaire de l’autre barque.

Changeons maintenant quelque peu l’histoire…

Imaginez la même scène. Mais cette fois-ci, personne ne conduit la barque. C’est une barque avec personne à son bord. Cette barque se dirige vers vous.

Vous serez énervé contre cette mauvaise surprise. Mais très vite vous comprenez qu’il est inutile de s’agiter, de crier ou de menacer cette embarcation. C’est un obstacle, mais c’est une barque vide.

Alors le meilleur à faire est de trouver comment éviter cette barque.
C’est une réaction saine pour trouver une solution.

Un peu de recul pour un bond en avant

Nous prenons personnellement les actes d’une autre personne.
Mais il est plus efficace de les voir venir comme une barque vide.

Même une méchanceté volontaire est parfois une barque échappée d’un port. Une barque échappée à cause d’un problème sur place. Mais personne ne conduit réellement la barque à ce moment.

Prenons un autre exemple.

Je ne prends pas personnellement les aboiements d’un chien quand je passe devant sa propriété.

Je peux trouver cela agaçant et considérer le chien comme idiot. Mais je serai le plus idiot à essayer de sermonner le chien parce que je blessé dans mon ego.

Prenons du recul et choisissons notre réaction.

1) Sermonnons le chien sachant que c’est une perte de temps et d’énergie ?

2) Abattons-nous le chien ? Au risque de subir des conséquences disproportionnées par rapport à notre problème de base.

3) Continuons-nous notre à marcher en ignorant le chien ?
Peut-être en étant capable de rire de la situation.

4) Choisissons-nous de prendre un autre itinéraire pour nos balades ?
Parce que parfois certains aboiements restent trop durs à supporter.

 

 

Ces quelques histoires et réflexions m’ont aidé dans ma façon de vivre avec les autres. Je me les remémore souvent car rien n’est jamais acquis.

REÇOIS DIRECTEMENT LES NOUVEAUX ARTICLES
Chaque nouvelle méditation Explore Life atterrit déjà dans la boite mail de centaines d'abonnés. Pas de spam. Pas d'engagement.

ARTICLES QUE VOUS POURRIEZ AIMER